Journal de la Carto - Mai-Juin 2015
Le film documentaire est-il un support d'étude au même titre que le livre ?

Le film a ses avantages : le côté attractif de l'animation et du son, sa courte durée, son confort de visualisation, la variété de ses thèmes, sa facilité pédagogique etc. Comme pour le livre, il est possible de stopper ou d'accélérer la lecture : on peut prendre des notes, revenir en arrière, passer en accélérer, atteindre directement un chapitre.

Ses inconvénients ? Le regard critique doit se faire plus aiguisé que sur un livre car une image et plus encore une image soulignée d'une musique a un impact plus fort qu'une phrase.
Le film ne donne pas accès au même vocabulaire que le livre et sans doute manque-t-il les nuances du raisonnement qui sont le propre du livre.

Pour nous, cartothécaires, l'inconvénient majeur est la mise à disposition des films documentaires pour notre public et c'est cette difficulté que nous détaillerons dans cet article.

Coût prohibitif des DVD et procédures d'achat

L'usage d'un film dans le cadre d'un établissement d'enseignement n'est pas celui d'un particulier. Le DVD est donc vendu beaucoup plus cher, qu'il soit pour le prêt à domicile ou pour une projection en cours. Le prix moyen tourne autour de 40 euros mais il peut dépasser largement cette somme et ce, même pour des durées très courtes. Ainsi, une émission du Dessous des cartes, durée 10 minutes, est vendue 23 euros. Quand on le sait, on savoure chaque minute...


Ajoutons qu'une institution passe des marchés avec des fournisseurs agréés afin de réduire les prix et de simplifier les commandes. Sans marché, l'institution doit passer commande à chaque éditeur de films. Citons quelques fournisseurs de films : le Catalogue national de la Bpi, Images de la Culture du CNC, Colaco, l’ADAV etc.
A l'université Paris 8, le marché actuel de fourniture de DVD est détenu par l'ADAV. Si le film n'est pas dans le catalogue, il faut leur demander de le faire entrer, ce qui ne sera pas immédiat, évidemment.

Il est possible de faire du hors-marché quand le document ne peut entrer dans leur catalogue mais le service des marchés de l'université doit donner son accord. Inconvénient : beaucoup de paperasse pour un seul DVD. Avantage : se procurer des documents rares. Certains réalisateurs préfèrent vendre en direct plutôt que de passer par des intermédiaires. Il faut évidemment indiquer l'usage institutionnel qui sera fait du DVD puis négocier son prix d'achat.

Troisième possibilité d'achat : financer l'achat par une association si on a la chance d'en avoir une sous la main. La charge en paperasse reste la même mais à destination de l'association. Droits d'auteur et négociations ne changent pas.

Enfin, du temps des vaches grasses de la taxe d'apprentissage, il a été possible d'obtenir un budget pour monter le fonds de films documentaires de la cartothèque : 47 DVD avaient été achetés en 2011.
Suite de l'article
Cartothèque de l'Université Paris 8