Bannière de la cartothèque.
Informations - Métiers de la géographie


Témoignages - Chloé-Ly Nguyen, chargée d’études statistiques et/ou actuarielles aux MMA

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Après un master en géographie et 4 ans en tant que « chargée d’études statistiques - Cartographe » à la CCI Essonne, j’occupe désormais le poste de chargée d’études statistiques et/ou actuarielles aux MMA (société COVEA), groupe d’assurance mutuelle française, localisée au Mans. Je travaille au service Tarification Statistiques et Pilotage sur les produits concernant l’habitation et la vie privée à la Direction Technique IARD Particuliers.

Quel a été votre parcours universitaire ?
Après mon bac ES, et parce qu’il était pluridisciplinaire, j’ai choisi un cursus de géographie. Petit à petit, je me suis spécialisée en cartographie et SIG. Ce sont d’abord les techniques de représentation qui m’ont attirée : en DEUG, l’utilisation du rotring et des calques pour les réalisations cartographiques était vraiment passionnante. Puis l’utilisation d’outils informatiques spécialisés pour le traitement, l’analyse et la gestion des données s’inscrivait dans la continuité. J'ai donc obtenu une licence de géographie mention analyse territoriale (Paris 1), un master 1 de géographie, spécialité Carthagéo (Paris 1) (avec un mémoire de recherche sur l’utilisation de la cartographie dans la presse écrite française) puis un master 2 pro « géomatique, géomarketing et multimédia » à Paris 8.

J'ai appris à manier les outils cartographiques (Adobe Illustrator) et les SIG (Arcgis, Géoconcept ou encore MapInfo) ainsi que les statistiques (SPAD par exemple). Le fait d’avoir fait de la cartographie, utilisé des bases de données, étudié l’espace a joué en ma faveur pour obtenir ce poste. En effet, les entreprises ont de plus en plus recours à l’utilisation de représentations cartographiques comme outil d’aide à la décision.

Que vous apporte votre formation en géographie ?
Un autre regard. Au sein d’une grande entreprise comme MMA, j’ai des opportunités de mettre à profit mes compétences géographiques. Je suis au service Tarification et Pilotage (un service dont l’objectif principal est d’adapter les tarifs des produits à l’évolution du risque, afin de rentabiliser les ventes tout en tenant compte de contraintes juridiques et réglementaires) et il paraissait intéressant d’intégrer la cartographie dans ce service dans le cadre de nos études. Ce n’est pas quelque chose d’intrinsèque à l’entreprise. Il faut trouver d’autres façons de représenter nos données.

Je suis actuellement une nouvelle formation à Angers : un DU GEODATA SCIENTIST. Cette formation me permet de renforcer mes connaissances et d’en acquérir de nouvelles dans un contexte où le big data est en plein essor et où les outils d’analyses sont de plus en plus puissants. Il est important de continuer à se former et de rester à jour !

Quelles difficultés rencontrez-vous le plus fréquemment dans ce métier ?
Il n’y a pas de difficultés en tant que telles mais il faut savoir s’adapter. Réaliser une veille dans son domaine est très important.

Avez-vous la même perception de la vie active que lorsque vous étiez étudiante ?
Pas du tout ! Quand j’étais étudiante, j’imaginais que j’allais faire plein de choses et que ce que j’allais proposer serait bien accueilli. Ma vision de la géographie n'a pas changé mais je ne fais pas forcément ce que je voulais faire. Pour l’avenir, j’ai ma vie familiale alors ma vie professionnelle va attendre un peu.

Des conseils pour les étudiants de géographie ? Je pense qu’il faut faire ce qu’on aime, et je pense surtout qu’être polyvalent est un atout.

Interview réalisée par Arold Abraham, 2016