Bannière de la cartothèque.
Activités : les rapports d'activités


Les rapports d'activités - le rapport d'activités 2013

Gestion des collections

Du point de vue du désherbage, la cartothèque ne jette que les cartes très usées devenues illisibles et tout le reste est conservé. L'IGN en effet ne réédite pas les éditions anciennes, pourtant très pratiques pour effectuer des études diachroniques.
La cartothèque continue à récupérer des dons, notamment dans le cadre du réseau des cartothèques universitaires, Géoréseau.
Nous avons récupéré une soixantaine de livres sur l'alimentation, ce qui nous a permis de créer une nouvelle cote.
Des inventaires ont été faits : cartes au 50e, cartes au 25e, DVD, cartes géologiques etc. Notre objectif, pour les années à venir, est d'inventorier les collections de cartes les plus anciennes à raison de quelques dizaines de tiroirs chaque année.

Un des objectifs 2013 était de promouvoir la bande dessinée. Une exposition a été organisée, un article publié dans le Journal de la Carto ; les emprunts de BD ont augmenté.

Coopérations externes

Le réseau professionnel GéoRéseau continue à s'étoffer. Il recense désormais plus de soixante personnes chargées de la gestion des cartothèques et bibliothèques universitaires de géographie. Le site internet s'enrichit régulièrement. Les 5e et 6e numéros du journal coopératif ont été mis en ligne cette année (la Géofeuille).
Une très intéressante rencontre a été organisée en avril 2013 à Bordeaux. La cartothèque de Paris 8 reste le maître d'oeuvre de ce réseau. Cette collaboration professionnelle avec les autres cartothèques est essentielle.
Dans la même optique de coopération, il faut signaler le rapprochement avec la cartothèque de Nanterre, le prêt de cartes à d'autres cartothèques, les réunions de travail pour développer le projet CartoMundi.
Une stagiaire de collège a fait son stage entreprise en décembre 2013, finalisé par un très réjouissant reportage photo.

En 2013, un projet conçu par le Master professionnel Handi sur une idée de la cartothèque a été financé par la région d'Ile-de-France (projet PICRI). Il consiste à "récupérer" les toponymes inscrits sur les cartes numérisées. A suivre avec le plus grand intérêt...

De manière plus générale, 2014 sera pour nous l'occasion de nous interroger sur notre mission au sein de l'université par le biais de sondages ou d'enquêtes auprès des usagers et non-usagers de la cartothèque.

Conclusion
La cartothèque a les priorités suivantes pour 2014

commencer l'inventaire de tous les tiroirs de cartes
faire connaître la cartothèque aux doctorants de géographie
lancer une enquête sur le rôle que joue ou que pourrait jouer la cartothèque dans l'université.

Retour au début