Bannière de la cartothèque.
Informations - Métiers de la géographie


Témoignages - Rencontre avec Iman Rankoussi, tutrice en géographie

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
Je m'appelle Iman Rankoussi, je suis étudiante en géographie en Master 1 recherche. Je suis arrivée en géographie complètement par hasard. Je savais juste que les études et la réputation de Paris 8 me plaisaient. Sachant ça, j'ai cherché à m'inscrire à P8 un peu partout où c'était encore possible en juillet, et c'est le département de géographie qui m'a répondu le premier. Tant mieux ! Véritable coup de foudre pour cette matière qui a finalement réussi à concilier mon goût pour une multitude de disciplines et une progression universitaire “normale”. Car, avant ça, j'étais passée par plusieurs licence: philosophie, lettres modernes, cinéma ( et avant ça un bac S que j'avais choisi par véritable gout pour la biologie et la chimie) sans trouver satisfaction. Pour être passer par d'autres facs, je sais à quel point le fonctionnement de notre département est génial. En plus de sa pédagogie unique, c'est aussi la relation que j'ai avec les profs, mes collègues étudiants et les “ BIATOSS”, qui font que je suis heureuse de poursuivre mes études ici.

En quoi consiste le tutorat ? A qui est-il destiné ?
Le tutorat du département de géographie est une aide des étudiants en master aux étudiants en licence. En pratique cette aide devrait porter sur les travaux universitaires des étudiants, les contenus des cours et les questions méthodologiques, mais en réalité nous passons aussi beaucoup de temps à parler de la vie étudiante, à informer sur le fonctionnement de la fac, les débouchés professionnels, les possibilités de réorientation... Beaucoup d'étudiants en licence viennent également discuter de la recherche en master, qu'est ce que c'est, qu'est ce qu'on fait, qu'est ce qu'on attend de nous ; ces questions intéressent beaucoup.

Quelles conditions pour devenir tuteur ?
Je m'étais aussi posé la question quand on me l'a proposé. D'une part il faut avoir fait toute sa licence au département de géo de Paris 8 pour bien connaître le fonctionnement particulier de l'endroit et avoir eu, à peu près, les mêmes cours que les étudiants qu'on aura à aider. Le fait d'avoir fait sa licence à Paris 8 nous fait gagner pas mal de temps. On connaît les profs, on sait quels travaux ils demandent, on peut bien discuter des contenus des cours auxquels on a assisté et leur donner pas mal de petits tuyaux pratiques.
D'autre part, il faut s'être investi dans ses études durant la licence il me semble.

Quelles sont les attentes des étudiants venant en tutorat ?
Pour le moment, j'ai rencontré beaucoup d'étudiants paumés dans le système universitaire qui me demandaient de les aider à y voir plus clair. Le découpage en semestres, le fait de n'aller qu'à un seul des créneaux horaires par semaine d'un cours, les partiels, les dossiers, la validation des cours... J'ai dû revenir fréquemment sur toutes ces choses nouvelles pour certains d'entre eux. J'ai l'impression qu'il y a aussi un petit côté coaching moral. Des étudiants viennent et me disent qu'ils sont débordés, qu'ils y arriveront jamais, qu'ils comprennent pas. Je leur explique que tout ça est complètement normal, on voit ensemble la marche à suivre pour abattre tout le boulot et ils s'en vont satisfaits sans qu'on ait vraiment abordé les contenus des cours. Moins souvent, on vient avec des problèmes précis pour un dossier ou un partiel.

Quels intérêts présente cette activité pour les tuteurs ?
Cette activité permet de rencontrer et de parler avec beaucoup d'étudiants, de profs et de “biatoss”, c'est très enrichissant. Puis, donner plein de bons conseils 3 heures par semaines ça donne envie de les suivre !

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants avant qu'ils viennent au tutorat ?
Si vous n'avez absolument rien compris au cours, demandez des éclaircissements au prof directement. Ils sont généralement abordables et le format unique de cours T.P (salle de classe à effectif léger et non amphi de 150 personnes) a été conçu pour permettre de poser autant de questions que nécessaire. Les tuteurs ne peuvent pas pallier une carence en échanges avec les profs.

As-tu besoin de documentation pour remplir cette fonction ?
J'ai besoin de documentation pour aider les L1! C'est en L1 que sont introduites toutes les méthodes propres à la géographie universitaire et je préfère avoir ces méthodes sous les yeux quand je les aide. Ça me permet d'être sûre de ce que je dis et j'en profite pour leur présenter des manuels de méthodologie très pratiques. Je trouve tous ces documents à la cartothèque à deux pas de mon bureau.

Avec d'autres tuteurs et étudiants, tu es impliquée dans la mise en place des assises de l'UFR. En quoi cela consiste-t-il ?
En effet, nous préparons actuellement les assises de l'UFR TES afin de discuter de ce que devrait être l'enseignement de notre UFR. Les étudiants sont les principaux concernés par les questions de pédagogie et il n'existait, jusqu'à maintenant, aucun endroit, aucun moment de parole pour que l'on puisse s'exprimer sur le sujet. Les assises vont être un moment de débat autour de ces questions. Les premières revendications portent sur la liberté pédagogique. Par exemple, nous avons  constaté que ce qui se nomme “EC libre” impose depuis deux ans des EC d'histoire, de science politique ou de sociologie. Les parcours géographie cinéma, arts plastique, langue ou autres ne sont plus autorisés dans nos maquettes ! Nous espérons pouvoir revenir sur ce changement et c'est en ayant beaucoup de participants aux assises que nous aurons de la légitimité aux conseils Pour l'occasion, certaines heures seront banalisées ce qui permettra à un maximum d'entre nous d'y être.

Ton implication comme tutrice t'aide-t-elle à envisager les besoins des étudiants ?
En effet, mon implication en tant que tutrice me permet de voir d'autres points de vues que le mien et celui de mes copains. Je découvre que de nombreux étudiants souffrent d'être mal logés, d'avoir été mal orientés après le lycée, de se voir refuser l'accès en cours pour cause de surnombre. Certains cumulent tout ça et plus encore. Pour les mal-logés, nous nous organisons pour rencontrer l'assistante sociale avec les étudiants. Quant aux déçus de l'orientation et le surnombre au sein du département de géographie, les deux problèmes sont clairement liés. Pour le résoudre, nous prônons la liberté pédagogique pour que les étudiants aient le droit d'aller essayer d'autres disciplines ce qui désengorgera les cours du département au passage !

Quelles dates à retenir pour ces assises ?
Il y a la date du 11 février, le jour ou se tiendront les assises. Mais avant cela il y aura des dates de préparation que nous communiquerons très bientôt.

Février 2014