Bannière de la cartothèque.
Cartothèque - collections


Exposition Cap sur les Cévennes : décembre 2010

Avez-vous déjà monté une exposition ? Nous, non. Nous nous sommes lancées dans l'aventure sur l'idée de mettre en valeur une carte topographique au 1:50 000. Ce fut Florac. Pourquoi Florac? Pour elle-même, pour sa beauté graphique, critère qui en vaut bien un autre.
Ensuite ce fut une coincidence : la carte de Florac déposée sur le bureau a été vue par une enseignante. Bref dialogue : je connais bien cette région. C'est pour une expo. J'ai des photos si vous voulez. Nous voulions bien. Les photos ont été imprimées. Elles débordaient sur trois autres cartes et le projet d'expo a grandi d'autant avec St Beauzély, Meyrueis et St André de Valborgne.

Marine a trouvé de la documentation et fait imprimer des topos en format A3 par le service de la reprographie. Quant à Nathalie, elle s'est immergée dans la carte de Meyrueis et est remontée avec une idée : prouver qu'une carte parle à qui sait observer. Idée suivie d'une autre : mettre les visiteurs à contribution.
Le principe théorique est simple : relever les éléments de la carte. S'aider du glossaire des noms de lieux de A. Pégorier, et de la légende complète de la carte pour les comprendre. Inscrire commentaires et questions sur un cahier.

Qui dit exposition dit grilles d'exposition. Marine a pénétré les arcanes de l'université munie de trois questions cruciales : 1- où sont stockées les grilles que possède l'université ? 2- comment les faire acheminer du point 1 à la Cartothèque ? 3- quelle est la procédure à suivre ? Notez que le 3 suit le 2 en bonne logique universitaire. Maints coups de fils et échanges de mels lui ayant révélé l'existence des trois services concernés, Marine a su négocier avec talent et persévérance entre ses différents interlocuteurs. Un succès total : les grilles ont été livrées le jour prévu et installées derechef dans le couloir.

Puis il a fallu installer et ce ne fut pas quelques heures mais toute la journée... Positionner les grilles, afficher les cartes, les déplacer, coller les photos, recommencer en les installant sur un support de couleur, ajouter une légende, tordre du fil de fer entre la photo et l'endroit de la prise de vue sur la carte, recommencer parce que ça ne tient pas, essayer autrement, revenir à la première idée, imprimer des explications, des légendes, des titres, les scotcher, suspendre les topos A3, tirer d'un côté, d'un autre pour que ce soit droit... nous avons appris sur le tas, ciseaux et rouleau de scotch en mains.

En fin de journée, l'expo avait pris forme.

Cependant, loin d'être achevée, elle s'est enrichie les jours suivants grâce à des remarques constructives. Ainsi, savez-vous quels sont les critères de présentation d'un poster ? Nous avions tout faux avec nos lignes ininterrompues de texte décrivant le parc naturel des Cévénnes ou la vie de E.A. Martel. Nous y avons remédié en découpant le texte dans lequel nous avons inserré quelques illustrations choisies.

Et la carte géologique de Meyrueis ? s'exclame un étudiant. Nous en affichons deux, la véritable dans toute sa complexité et la simplifiée. Une autre recherche dans le catalogue et nous ajoutons des couples de vues aériennes qui, par la magie des stéréoscopes, entrainent le visiteur dans le vertige des gorges ou au sommet du mont Aigoual. Des illustrations pieusement conservées dans nos armoires offrent désormais des vues de 1967 sur le paysage désertique des serres cévenoles.

Jusqu'à présent, les tentatives d'interactivité sur la carte de Meyrueis ou autres sont un quasi échec. Nous avons testé différentes formules : libre initiative, questionnaire sur grille, sur table, rien n'y a fait. Se contenter d'une exposition classico-passive ? C'est mal nous connaître... Grâce à l'intervention de notre dynamique chargée de cours du vendredi, les étudiants de L1 se penchent sur la carte. L'expo sera démontée le 15 décembre, il reste 15 jours pour tester de nouvelles approches afin d'apprivoiser les visiteurs.

En résumé, notre première exposition est du travail d'amateurs, ce que nous sommes mais les réactions ont été très favorables. La prochaine sera mieux. Que diriez-vous des littoraux ?