Bannière de la cartothèque.
Activités : les rapports d'activités


Les rapports d'activités - le rapport d'activités 2009

Acquisitions 2009
En 2009, les crédits de la bibliothèque universitaire (sur budget initial de 3000 euros) ont permis d'acquérir plus de 350 cartes, 35 DVD et cédéroms de cartes numérisées ainsi qu'une quarantaine d'usuels. La cartothèque a renouvelé ces cartes topographiques de tous les pays du monde et complété la couverture de la carte géologique de la France au 1:50 000. L'objectif de couvrir toute la France avec les supports numériques a été atteint.
Les achats de cartes en grand nombre, au 1:50 000 et 1:25 000 essentiellement, sont effectués sur le budget du département de géographie.
Pour connaître les besoins des enseignants, la cartothèque leur envoie par mel les parutions éditoriales et les informe sur les nouveaux supports (cartes en relief, DVD photos etc.). Ces contacts privilégiés bénéficient à la bibliothèque qui reçoit des suggestions d'achat de livres et de périodiques validés par les enseignants (transmission d'une quarantaine de demandes précises et vérifiées en 2009).

Réception de l'offre par le public
Statistiques
Le module Composition du fonds documentaire présente en temps réel l'état détaillé du fonds : début 2010, près de 54 000 exemplaires pour plus de 22 500 titres. Deux modules ont été développés en 2009 : l'un offre la répartition chronologique du fonds de la cartothèque (la période 1950-1970 est la plus fournie), le second la répartition géographique des documents (par continents, Europe puis Afrique étant les plus dotés, jusqu'aux régions françaises où domine l'Ile-de-France).

Le catalogue
Le catalogue élaboré par la cartothèque avec les outils PHP/MySQL (outils gratuits) permet d'afficher les références bibliographiques en temps réel. Installé depuis 2006, il est très consulté.
Après le gros travail informatique effectué en 2008 pour permettre la recherche sur la carte topographique de France au 1:25 000 et 1:50 000, l'effort a porté en 2009 sur la cohérence des notices dans la base de données. Des modules ont été développés pour améliorer la vérification et la correction de ces données. Citons comme modules internes : le plan de la salle principale avec possibilité de lister le contenu d'un tiroir ou d'une étagère et la répartition par thème des collections, un programme de vérification du nombre total d'exemplaires etc.
La numérisation de cartes a commencé avec les moyens du bord et après une phase de tâtonnement pour définir la meilleure méthode. Désormais au point, elle utilise le scanner A3 du département, un appareil photo, un logiciel de traitement d'images, un éditeur html et enfin un programme développé par la cartothèque en Php qui permet d'afficher automatiquement la liste des cartes numérisées. Ces cartes sont visibles sur le site internet. Un scanner A0 serait pratique mais trop onéreux.

Les autres services au public
- Les signets
La base de données de signets permet aujourd'hui la consultation de plus de 580 sites par grands thèmes ou recherche libre.
Un module spécifique a été développé qui permet de rechercher les sites proposant des offres d'emplois et de stages en géographie par thème (142 sites recensés). Cet outil n'existe pas ailleurs et est d'une grande aide pour les étudiants.
- Un guide du lecteur a été élaboré et diffusé. La page d'information relative à la cartothèque dans la brochure de master a été refaite. Des quizz et expositions sont proposés au public pour mettre en valeur les collections. Leur trace est conservée sur le site de la cartothèque.

Gestion des collections

Outre les achats (533 titres de documents pour 1077 exemplaires sur le total des deux budgets du SCD et du département de géographie), la cartothèque s'est enrichie de plus de 1000 titres de dons dont des atlas de la BU. Elle a récupéré et intégré les collections de cartes murales de l''Institut de géopolitique.
Du point de vue du désherbage, la cartothèque ne jette que les cartes très usées devenues illisibles et tout le reste est conservé. L'IGN en effet ne réédite pas les éditions anciennes, pourtant très pratiques pour effectuer des études diachroniques.

De très nombreux récolements ont été faits cette année : cartes, livres, thèses et mémoires, cartes murales etc. Des cotes ont été élaborées, des collections déplacées, la signalisation améliorée.
La cartothèque attend toujours le versement de ses notices dans le Sudoc et pour cela a fourni un fichier test de données à la BU. Deux difficultés freinent ce projet. Identifier un document par son titre, son auteur et son ISBN n'est pas adéquat pour une carte or c'est le moyen commun pour intégrer les notices dans le Sudoc. La visualisation des notices de cartes en général et de séries en particulier n'est pas adaptée à la spécificité de ces supports et un autre outil, CartoMundi, paraît plus efficace ; l'accord entre CartoMundi et l'Abes reste à trouver.

Réseau des cartothèques universitaires

Le réseau professionnel GéoRéseau rassemble une trentaine de cartothèques universitaires de France. Le site internet conçu et maintenu par la cartothèque est hébergé par un serveur de Paris 8. Les échanges de mels sont enrichissants, des rencontres ont eu lieu à l'Institut de géographie en 2009.
Le site de GéoRéseau

Conclusion

La cartothèque tient à maintenir et enrichir ses liens avec la BU. Elle incite fortement les enseignants de géographie à fréquenter la bibliothèque et à y envoyer leurs étudiants. Grâce à l'ajout de nos noms dans la liste de diffusion interne de la bibliothèque, la cartothèque est mieux informée et peut relayer ces informations vers le département de géographie.

La cartothèque a les priorités suivantes pour 2010 :

* la création d'un journal de la cartothèque
* le développement de GéoRéseau
* la poursuite de la numérisation des cartes libres de droit
* la mise en oeuvre du projet de rétroconversion des fonds de la cartothèque avec la BU